Pour l’éducation des filles de Madalaya

A Madalaya, au Mali, l’école existe depuis 2009. Mais elle fait face aujourd’hui à plusieurs difficultés : locaux incomplets, manque de mobilier et surtout, défaut d’hygiène, ce qui pénalise principalement les filles. Grâce à quelques travaux, AASFM espère augmenter leur taux de scolarisation en améliorant leurs conditions d’accueil.

En quoi ce projet contribue-t-il à l’éducation pour tous ?

Les violences en milieu scolaire à l’égard des filles sont monnaie courante et il n’est pas rare qu’elles restent à la maison pour s’occuper des tâches ménagères. Aménager des latrines séparées représente une meilleure sécurité et une meilleure hygiène renforcée, créant ainsi des conditions d’accueil favorables. Le reste du chantier offrira à tous des dispositions dignes pour travailler : espaces fermés et place assise pour la concentration, accès à l’eau potable pour la santé à l’école.

Concrètement, comment le projet va-t-il se dérouler ?

Les travaux ont pour objectif de terminer l’école, bâtie en 2009. Il s’agira d’installer des portes et des fenêtres pour isoler les classes, de construire des latrines séparées pour les filles et d’aménager un point d’eau potable. AASFM souhaite également équiper les 9 classes en table et en bancs pour que les élèves n’aient plus à étudier assis par terre. Depuis 2011, l’école de Madalaya s’inscrit dans la politique des écoles communautaires qui implique les habitants dans le fonctionnement de l’école. C’est donc l’ensemble du village qui va se mobiliser pour les 300 élèves concernés par ce projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.