Une école aux normes pour Sabou

En 1998, Zod Neere a ouvert une « école de la seconde chance » dans la province de Boulkiemdé, à plus de 80km de Ouagadoudou, dans la brousse. Celle-ci permet à des enfants en rupture scolaire de réintégrer le système. Aujourd’hui, les bâtiments ne sont plus aux normes et les autorités locales menacent de faire fermer l’école si un nouveau complexe n’est pas construit.

En quoi ce projet contribue-t-il à l’éducation pour tous ?

L’école construite par Zod Neere accueille des enfants en difficulté qui ont été exclus du système scolaire : échec ou abandon, ceux-ci sont fréquents au Burkina Faso du fait de l’éloignement de l’école, de la surcharge des classes ou des frais scolaires. Les cours qui leur y sont desservis proposent une méthode adaptée à leur situation pour garantir leur alphabétisation et leur réinsertion sociale. Des ateliers de formation sont également proposés : artisanat du bronze, maraichage ou couture permettent ainsi à ces enfants d’envisager un avenir professionnel.

Concrètement, comment le projet va-t-il se dérouler ?

L’école actuelle a été aménagée dans un ancien centre de formation. Les sanitaires et la cuisine y sont rudimentaires et ne répondent plus aux normes. Le nouveau complexe, plus accessible et plus grand, sera installé sur un terrain attribué par la mairie. Les amis de Zod Neere prévoit de financer le matériel grâce aux fonds récoltés et d’envoyer des jeunes sur le chantier. Néanmoins, leur départ est compromis à cause des récents attentats qui rendent frileux les financements par les organismes français. Il y a donc urgence à soutenir ce projet afin qu’il puisse aboutir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.